Méthodes d'évaluation des parts de société

1

Généralités

La valeur nominale des parts de société civile va dépendre de divers facteurs, à savoir :

  • la valeur globale du patrimoine de cette société (terres, immeubles, bâtiments industriels etc..)
  • les conventions contenues dans les statuts relatives aux cessions de parts (société ouverte ou fermée aux tiers étrangers, détention de la majorité, etc.)
  • la situation comptable figurant dans les derniers comptes de la société
  • l’importance de la trésorerie et l’endettement de la société ainsi que de son degré d’indépendance financière
  • l’état du marché de ces parts de sociétés

La valeur nominale des parts de société civile va dépendre de divers facteurs, à savoir :

  • des contentieux de la société
  • des crédits baux ou baux à construction.
2

Valeur mathématiques

Elle s’obtient en corrigeant la valeur comptable, afin de tenir compte de la valeur réelle des éléments d’actif.

C’est la différence entre :

L’actif brut réel : montant de l’actif, diminué des postes sans valeur de réalisation qui ne représentent pas un véritable investissement (frais d’établissement, de constitution, d’augmentation du capital...)

et

Le passif exigible c’est-à-dire dettes de la société à l’égard des tiers (n’y figurent donc pas le capital et les réserves, qui sont un passif “fictif”).

3

Valeur de rendement

Le rendement est la fraction du bénéfice mis en distribution (avoir fiscal compris).

À ce bénéfice, il convient d’ajouter, outre les amortissements et les provisions exagérées :

  • Soit le montant de la rémunération versée aux dirigeants (cas de petites entreprises lorsque le transfert de titres emporte transmission du pouvoir de décision)
  • Soit la fraction de rémunération qui excède manifestement le salaire “normal” du dirigeant apprécié par comparaison avec des entreprises de taille égale de la branche considérée (sociétés moyennes et grandes où le transfert des titres emporte également transmission du pouvoir de décision).

La valeur de l’affaire s’obtient en divisant le rendement par un taux de capitalisation.

Ce taux est variable selon la nature et l’importance de l’entreprise. Ainsi, il est faible lorsque l’entreprise est importante et occupe une position favorable sur le marché ; il est plus élevé lorsque la sécurité du placement est mal assurée.

Les revues financières spécialisées publient régulièrement les taux de rendement moyens des sociétés cotées, classées par branche d’activité.

4

Valeur de productivité

L’expert immobilier est un spécialiste dans l’art d’évaluer les divers droits dont les biens immobiliers sont les supports.

Lorsqu’une société ne distribue pas de bénéfice, le rendement de l’action n’apparaît pas. Certaines entreprises préfèrent ainsi pratiquer un autofinancement important qui leur évite de recourir aux appels extérieurs. Cet autofinancement donne naissance à des réserves, puis à des distributions d’actions gratuites.
La notion de productivité fait appel au bénéfice réalisé, et non pas au bénéfice distribué.